Les temps forts de la 6e convention

31/05/2019

Pauvretés, migrances, solidarités

6e convention du Forum protestant le 1er décembre 2018 à Nîmes

La 6e convention du Forum protestant, en partenariat avec l’ÉPUdF, la Fondation Bersier, RéformeFoi&Vie et la radio Alliance +, s’est tenue à la Maison du Protestantisme à Nîmes le samedi 1er décembre. Retour sur cette journée avec les différentes interventions en vidéo, les liens vers leurs retranscriptions et les compléments (série dans Réforme, numéros de Foi&Vie).

 

1. La solidarité, hier et aujourd’hui

 

La solidarité selon Charles Gide (Frédéric Rognon)

Frédéric Rognon revient sur le solidarisme, cette école de pensée qui cherchait par le mouvement coopératif et d’autres formes d’entraide « à sortir les pauvres de la dépendance à l’égard de la générosité toute relative des riches, en leur permettant de prendre eux-mêmes en charge leur vie matérielle ». Une école de pensée dont Charles Gide représentait à la fois le versant protestant et fédérateur.

 

La fabrique de la fraternité (Éric Thimel)

Éric Thimel est délégué du Secours Catholique du Gard et pilote le réseau Anaïs qui rassemble une quarantaine d’associations nîmoises d’action et d’intervention sociales. Il détaille ici l’ampleur du travail des associations sur le terrain et interprète cette « période de recul des droits sociaux » comme l’occasion pour les citoyens d’exercer plus qu’auparavant (lorsqu’il semblait que l’on pouvait s’en décharger sur l’État et les institutions) leur fraternité dans notre société.

 

2. La fabrique des précarités

 

« Notre part dans la fabrique des précarités » (Marie Orcel)

Marie Orcel, responsable de l’Association Protestante d’Assistance à Nîmes, alerte sur la fragilité des petites associations protestantes face à « l’ogre des procédures, des normes et des taxes » et au désengagement de l’État. Se plier à ces évolutions, c’est pour elle prendre part à la fabrique des précarités. Comme dans le récit de la femme cananéenne, elle appelle à garder sa liberté de parole et à surtout continuer à « ne pas rentrer dans les cases », ce qui est « sûrement notre plus grande force ».

 

« Une politique de rejet et une politique d’hostilité » (Christophe Deltombe)

Christophe Deltombe a longtemps milité pour l’accès au droit et présidé Emmaüs France . Président de la Cimade depuis 2018, il critique la « maltraitance institutionnelle » envers les migrants et le « double discours » du pouvoir en place avant d’indiquer « quatre éléments un petit peu optimistes ».

 

3. Changer de politique, changer d’imaginaire

 

« Pas de laïcité sans solidarité » (Nicolas Cadène)

Rapporteur général de l’Observatoire de la Laïcité), Nicolas Cadène rappelle les fondements solidaristes de la laïcité et insiste particulièrement sur la nécessité de la solidarité pour pratiquer la laïcité et l’utilité de celle-ci pour mettre en œuvre une véritable solidarité car « quel est le sens d’enseigner des principes et valeurs et en particulier la laïcité et la solidarité, si dans la réalité ils ne sont pas respectés ? ». Une tension que rappelle la phrase de Jean Jaurès : « La République doit être laïque et sociale mais elle ne restera laïque que si elle sait rester sociale ».

 

« Nous devons changer d’imaginaire » (Olivier Abel)

Olivier Abel (l’un des organisateurs de la convention) revient sur les multiples fractures dont souffre notre société pour se demander, en partant de l’exigence chrétienne de charité, si l’un des premiers moyens de retrouver un « bien commun » ne serait pas d’abord de changer notre regard et de construire des institutions « qui ne soient pas humiliantes ».

 

« Sortons notre société de l’ingratitude » (Georgina Dufoix)

Georgina Dufoix a été secrétaire d’État à l’Immigration puis ministre des Affaires sociales dans les gouvernements socialistes du début des années 1980. En clôture de la convention, elle a profité de cette expérience pour rappeler l’importance et la « place » que peut prendre la société civile dans l’action politique. Mais aussi pour appeler, puisque l’on arrive à la «fin d’un temps», à modifier notre manière de nous voir et de voir ceux qui nous « font le cadeau » de nous demander de l’aide.

 

À lire en complément

 

La série de 6 articles publiés dans Réforme avant la convention :

Le solidarisme, entre capitalisme et collectivisme (Frédéric Rognon)

Quel lien entre l’économie et la solidarité ? (Jean Matouk)

Les réfugiés qui fuient pour mieux espérer (Philippe Kabongo-Mbaya)

Les migrants et la pauvreté (Axelle Brodiez-Dolino)

Lutter contre l’isolement (Philippe Chabasse)

Sortons notre société du mépris (Olivier Abel)

 

Les deux numéros de Foi&Vie sur argent et solidarité :

L’argent, une question de théologie

Nouvelles richesses, nouvelles pauvretés. Repenser nos solidarités

 

Un grand merci au pasteur Jean-Christophe Muller et à toute l’équipe de la Maison du Protestantisme pour l’accueil et l’organisation.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.