Pourquoi vote-t-on moins? - Forum protestant

Pourquoi vote-t-on moins?

Est-ce lié à la crise du système démocratique occidental, à un phénomène générationnel, à un mal-être spécifiquement français? La hausse de l’abstention pose beaucoup de questions et aucune réponse ne semble pour l’instant consensuelle. Revue de quelques analyses récentes pour s’en faire une idée dans ce premier volet d’une série sur les enjeux de la présidentielle française de 2022.

 

La présidentielle à son tour touchée?

Jusqu’ici, elle semblait résister au désintérêt croissant des électeurs pour la politique: mais la nouveauté cette année est que même l’élection présidentielle semble frappée et ne plus mobiliser comme avant l’attention des électeurs malgré la focalisation habituelle des médias sur elle. C’est ce que tente d’analyser la directrice de BVA Adelaïde Zulfikarpasic dans une note à la Fondation Jean Jaurès: «On pourrait plutôt s’attendre à ce que, à cette échéance de la présidentielle, la ‘courbe de l’intérêt’ pour l’élection ne fasse plus que progresser jusqu’au jour J. Là, non seulement elle ralentit, mais elle semble même amorcer un déclin». Ce manque d’intérêt supérieur aux élections précédentes fait même que, à mi-février, «moins d’un Français sur deux (43%)« sait «que l’élection présidentielle aura lieu dans moins de deux mois». Ce phénomène serait d’abord dû à deux grands facteurs:

«la défiance croissante à l’égard des politiques, de la politique, que l’on observe depuis maintenant plus de vingt ans»,

les «deux ans de crise sanitaire qui, il ne faut pas en minimiser l’impact, ont laissé la société française dans un état de grande fatigue et de grande lassitude».

Ensuite, «un faisceau de facteurs plus conjoncturels, qui peuvent d’ailleurs se nourrir les uns les autres»: «l’offre politique est jugée insatisfaisante», «le « vrai-faux suspense » autour de la candidature d’Emmanuel Macron», «une forme d’absence perçue de suspense permettant de tenir les Français en haleine», «le sentiment d’absence de vision, de fond, d’approche programmatique» et «le sentiment que la campagne n’aborde pas les sujets qui sont essentiels à leurs yeux et notamment ceux qui font écho à leur quotidien».

Pour Zulfikarpasic, «cette abstention record comporte deux risques: un risque politique et un risque démocratique». Le risque politique, c’est que «l’intérêt pour l’élection, tout comme l’intention de participation et la connaissance de la date du scrutin, tend à progresser avec l’âge, de façon presque linéaire». Le risque démocratique menace les institutions mêmes de la Ve République: «Comment fait-on lorsque même choisir son président, qui constitue pourtant ‘la clé de voûte de nos institutions’, n’a plus de sens aux yeux d’une partie non négligeable des Français?».

 

Des jeunes qui délaissent la politique?

Ce constat d’une indifférence des jeunes est recoupé par d’autres études. Pour le sociologue Olivier Galland (qui rend compte d’un ouvrage de Laurent Lardeux et Vincent Tiberj (1)) sur Telos,  il y a effectivement chez les jeunes «une régression impressionnante de l’appétit électoral: dans les cohortes les plus récentes (celles nées en 1991 et après), 40% des électeurs potentiels disaient (…) ne jamais voter à l’un ou l’autre des deux types d’élection (locale ou nationale), alors que ce n’était le cas que de moins de 10% des électeurs nés avant 1981, et de 18% de ceux de la génération intermédiaire (1981-1990)». Si on peut penser de façon optimiste que cette désaffection se fait au profit de nouvelles formes d’engagement très médiatisées, on doit constater que les «’post-babyboomers’ ne montrent pas une appétence plus grande pour les moyens d’actions protestataires que les babyboomers malgré l’élévation du niveau d’éducation qui aurait dû la faire croître». Surtout, «cette crise de la participation politique n’est pas commune à l’ensemble des pays européens» et «est beaucoup plus développée en France que chez ses voisins». Pour Galland, «la France est sur ce plan plus proche des pays de l’est européen que de ceux de l’Europe occidentale» et «il y a bien un syndrome français de la crise de la participation politique».

Dans cette optique, on pourra regarder avec intérêt ce qui se passe dans les établissements scolaires où se passe quelque chose qui y ressemble. Dans un article des Cahiers Pédagogiques, 4 enseignants de lycées de la banlieue nord de Paris (Alexis Beaulieu, Raphaël Delarge, Cécile Morzadec et Laurent Reynaud) analysent la désaffection démocratique qui touche les élections des délégués de classe avec un scrutin qui «ne mobilise plus vraiment les élèves», peine à trouver des candidats et où la non-participation devient majoritaire. Cinquante ans après l’officialisation de la participation des élèves aux conseils de classe, «que reste-t-il de cette petite révolution? Force est de constater que ce sont pratiquement toujours les mêmes élèves qui se présentent année après année. Penser que former des délégués est un gage d’apprentissage de la citoyenneté serait donc un leurre, puisque ce sont toujours les mêmes qui en bénéficient». Au-delà de cette spécialisation, ce manque d’intérêt pourrait, selon ces enseignants, «s’expliquer par le manque de responsabilités et de pouvoir de décision associés à la fonction. Le rôle principal des délégués, la participation aux conseils de classe, est souvent considéré par tous les participants comme une défense des élèves plus qu’une participation en tant qu’acteur décisionnaire. Ils n’ont, par exemple, pas vraiment voix au chapitre quant à la rédaction de l’appréciation finale du bulletin». La solution semble passer par des conseils d’élèves élargis et réguliers dans chaque classe qui, là où ils sont expérimentés, font notablement augmenter la participation et le sentiment que des choses sont possibles. Bref, concluent les enseignants, «il ne s’agit pas de tout réinventer mais simplement de faire évoluer ce qui existe déjà. On demande à l’école de former des citoyens mais pour apprendre la démocratie, il ne suffit pas d’en clamer les principes, il faut les incarner. Nous faisons l’hypothèse que c’est en vivant l’expérience démocratique et en prenant en charge des responsabilités que chacune et chacun se forme, progressivement, à la démocratie et à sa complexité».

 

Des pistes pour relancer la participation?

Comme dans les établissements scolaires, on peut imaginer qu’il pourrait exister des solutions pratiques pour ranimer le désir de participation des citoyennes et citoyens à leur système démocratique. Pour Virginie Tournay (chargée de recherche au Cevipof/CNRS), ces solutions dont on parle ne peuvent palier à un malaise qui est plus profond. Également sur Telos, elle compare ce désamour politique à la défiance constatée face aux mesures gouvernementales face à la pandémie, «une attitude réfractaire, très marquée dans la jeune génération (près de 60% en février 2021)», qui «était directement associée à une sensibilité au populisme et à une perte du sentiment d’appartenance à la communauté nationale». Elle se demande alors si, «de la même façon que la vaccination est de moins en moins perçue comme un principe civique d’immunité collective», le vote ne peinait pas désormais «à être envisagé comme la pierre angulaire de la démocratie représentative, comme ce qui nous relie à la chose publique. Comment analyser ce désamour du principe de l’unité nationale? Faut-il y voir un désaccord profond sur la manière de faire peuple, de faire société?». Pour elle, ce n’est pas «l’ingénierie électorale» (vote obligatoire, facilitation du vote à distance, modifications des modes de scrutin) qui peut remédier à cet état de fait, où les trois composantes du sentiment national sont «battues en brèche» depuis quelques décennies: «la cartographie (ce qui compose l’unité territoriale, le découpage spatial de l’État et de son action), le recensement (les conditions pour être membre d’un Etat-nation) et la collection (ce que nous avons envie de garder collectivement en mémoire, le récit politique, la transmission républicaine)». D’où «une fragmentation du sentiment d’appartenance à l’État-Nation, un désaccord sur la manière de faire peuple, et en conséquence», un «désaveu des procédures relevant de la représentation politique, incluant le devoir électoral».

Proposant 21 «pistes de réflexion pour favoriser la participation électorale», le rapport de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) tempère quelque peu ce constat pessimiste. D’abord en nuançant l’importance de l’abstention: s’il y a effectivement «une dynamique progressive de désaffection des urnes au sein de l’électorat français, depuis une trentaine d’années», les «analyses sur le profil des abstentionnistes invitent toutefois à réfuter la thèse selon laquelle les abstentionnistes constituent un ensemble homogène, agrégé, refusant systématiquement d’aller voter» et montreraient plutôt «une intermittence dans le fait de se rendre aux urnes» avec par exemple un noyau dur de 14% d’abstentionnistes à tous les scrutins en 2017. Autre nuance: «la quasi-totalité des démocraties européennes font face à un net recul de la participation électorale», avec «une frontière Est/Ouest dans le degré d’abstention, trouvant sa source dans des explications historiques et politiques. Il ressort en fin de compte que l’affaissement de la participation électorale rencontré par la France ces trente dernières années, loin de constituer un phénomène isolé, se retrouve dans nombre de démocraties européennes. L’abandon des urnes de la part de l’électorat dans ces démocraties comparables constitue finalement un symptôme de la crise de la démocratie représentative». Ce qui n’est pas forcément plus rassurant…

On nous permettra de conclure par un exemple concret et pas si lointain même s’il a la particularité d’avoir conservé des pratiques bien oubliées de démocratie directe qui ne sont possibles que dans des structures à échelle humaine: le canton de Glaris en Suisse où l’assemblée des habitants peut encore aujourd’hui «mettre en minorité le parlement et le gouvernement cantonaux sur l’initiative d’un simple citoyen». Pour François Hublet, qui l’analyse en détail dans Le Grand Continent, il s’agit d’un bien particulier mais très intéressant «contre-modèle à l’État-nation». Un contre-modèle qui, toutefois, compte parmi ses défauts identifiés … une faible participation.

 

Illustration: assemblée des habitants (Landesgemeinde) du canton de Glaris, en Suisse, en 2013 (photo Samuel Trümpy/Kanton Glarus, CC BY 2.0). 

(1) Laurent Lardeux et Vincent Tiberj, Générations désenchantées? Jeunes et démocratie, INJEP, La Documentation française, 2021.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire aussi sur notre site

open

Recevez la newsletter du Forum !  S'inscrire