Questions d’économistes sur l’économie - Forum protestant

Questions d’économistes sur l’économie

L’uns des credos «qui structure la science économique» est celui des bénéfices à long terme de la croissance et de l’innovation technique pour tous. Dans leur livre Économie utile pour temps difficiles, Esther Duflo et Abhijit Banerjee montrent «que cette conviction a priori souffre de nombreux contre-exemples» et que, comme les artisans textiles du début de la révolution industrielle, on est en droit de ne pas croire aveuglément aux lendemains qui chantent. Plutôt que «suivre simplement la plus grande pente économique et technologique», même si elle est «source d’inconvénients majeurs», on aurait peut-être avantage à réfléchir à d’autres modes de production dont «le surcoût est compensé par le fait que l’on peut embarquer bien plus largement l’ensemble de l’espace social».

Texte publié sur Tendances, Espérance.

 

J’ai lu, peu avant le confinement, la version anglaise du livre d’Esther Duflo et Abhijit Banerjee (qu’ils avaient écrit avant de savoir qu’ils auraient le prix Nobel d’économie) et j’attendais la sortie de la version française pour en dire quelque chose. Finalement le livre est sorti en France le 12 mars et la brutalité et la soudaineté des événements qui ont marqué le printemps m’a conduit à laisser cette idée de côté. Mais j’y reviens aujourd’hui, pour ajouter une note à mes posts (1) où je questionne :

1. les choix qui président au régime de la croissance actuelle, et

2. les options technologiques endossées sans vraiment de questionnement.

Le livre s’appelle donc Économie utile pour des temps difficiles (2). La lecture en est plutôt stimulante, certains chapitres plus que d’autres (les auteurs ne sont pas spécialistes de tout!).

 

La croissance destructrice ne reconstruit pas toujours

Les auteurs s’intéressent (c’est là leur spécialité) à la condition des pauvres et cela les conduit à remettre en question une sorte de credo qui structure la science économique sur des modes divers:

Chacun reconnaît (premier exemple) que la croissance économique est destructrice (notamment au travers de l’innovation technique): elle supprime des emplois en rendant obsolètes certaines activités. Mais, ajoute-t-on immédiatement, tout le monde en profite. Les emplois détruits sont recréés dans d’autres secteurs et, assez rapidement, tout le monde bénéficie de l’innovation technique et devient plus riche.

On explique également que l’ouverture des économies est forcément une bonne nouvelle pour tout le monde: certains secteurs souffrent de la délocalisation de leur production, mais, pendant le même temps, d’autres secteurs bénéficient de l’accès à de nouveaux marchés et, au total, chacun se consacre au domaine dans lequel il est le plus efficace, donc, une fois encore, tout le monde en profite. En résumé: l’évolution économique génère sont lot de mauvaises nouvelles à court terme qui sont toutes de bonnes nouvelles à long terme.

Voilà le type de croyance que le livre remet en question.

Esther Duflo et Abhijit Banerjee montrent, en effet, que cette conviction a priori souffre de nombreux contre-exemples. Le développement du commerce international a, par exemple, appauvri durablement certaines régions sans qu’aucun mécanisme de compensation ne vienne contrebalancer cet appauvrissement (c’est ce qu’ils expliquent dans le chapitre 3).

Et je me permets de citer un peu longuement un paragraphe très suggestif sur les méfaits durables de l’innovation technique:

«Si la vague actuelle d’automatisation ne fait que démarrer, il y en a eu d’autres dans le passé. Comme l’intelligence artificielle aujourd’hui, le métier mécanique à filer et à tisser, la machine à vapeur, [etc.] ont aussi, en leur temps, tout automatisé et réduit les besoins en main d’œuvre humaine.

Ce qui s’est passé à l’époque est ce à quoi on aurait pu s’attendre: en substituant des machines aux travailleurs pour certaines tâches, l’automatisation a eu un puissant effet de remplacement. Elle a rendu des travailleurs inutiles. C’est ce qui est arrivé aux artisans qualifiés qui filaient et tissaient à l’aube de la révolution industrielle. Et (…) ils n’ont pas apprécié: au début du XIXe siècle, les luddites ont détruit les machines pour protester contre la mécanisation du tissage, qui menaçait leurs moyens de subsistance. Le mot luddite est aujourd’hui surtout utilisé de façon péjorative pour parler de quelqu’un qui refuse aveuglément le progrès, et l’exemple des luddites est souvent convoqué pour jeter le discrédit sur les craintes de chômage massif que pourrait susciter la technologie. Après tout, les luddites se sont trompés: les emplois n’ont pas disparu, et les salaires et les conditions de vie sont aujourd’hui très supérieurs à ce qu’ils étaient à leur époque.

Mais les luddites n’avaient pas aussi tort que cela. Les emplois qu’ils occupaient ont bel et bien disparu avec la révolution industrielle, tout comme ceux d’un grand nombre d’artisans. A long terme, tout est revenu dans l’ordre, mais le long terme a été, en réalité, très, très long. En Grande Bretagne, les salaires réels des ouvriers ont pratiquement baissé de moitié entre 1755 et (…) le tournant du siècle, et c’est seulement après cette date que les salaires ont commencé à augmenter de nouveau. Ils ne retrouveront leur niveau de 1755 qu’en 1820, soixante-cinq ans plus tard» (pp.310-311).

65 ans pour attendre les lendemains qui chantent, c’est, en effet, plutôt long!

Cela veut dire que les choix économiques peuvent mettre durablement en difficulté certains groupes sociaux ou certains territoires et que tout ne se lisse pas si vite. Une croyance du même ordre préside aux théories du ruissellement qui voudrait que si un groupe s’enrichit, tous finiront par s’enrichir. Mais c’est assez largement faux.

 

Quelle est notre marge collective d’arbitrage?

Donc il ne suffit pas (pour revenir à mes posts précédents) de soutenir la croissance, comme s’il n’y avait pas plusieurs chemins possibles dans l’évolution économique. Et il ne suffit pas, non plus, de soutenir l’innovation comme si toute innovation était bonne à prendre. En refusant de se poser des questions, on met en difficulté des pans entiers de l’espace social, et pour de longues années.

Mais a-t-on le choix? L’idée prévaut, assez facilement, que les dynamiques économiques et technologiques spontanées sont irrésistibles. Chaque pays veut être bien placé dans la course à la mondialisation. Mais il est peut-être possible de se démarquer et de ne pas simplement raisonner en termes de plus et de moins. On pourrait, pour une fois, se poser des questions un peu radicales. Par exemple: est-ce que cela ne vaut pas la peine d’être collectivement un peu moins riches si les inégalités s’en trouvent réduites?

Par ailleurs (c’est également ce que je suggérais dans mes posts précédents) suivre simplement la plus grande pente économique et technologique est source d’inconvénients majeurs. Est-ce que cela ne vaut pas la peine d’essayer d’éviter ces inconvénients (clivages sociaux, nuisances diverses, hypothèques sur l’avenir, technologies qui nous rendent dépendants, etc.)?

En l’occurrence il arrive assez souvent que les modes de production plus respectueux de l’environnement fassent également une place plus large à des compétences diverses et à des acteurs locaux. Assurément ils ne permettent pas de produire au même prix. Mais le surcoût est compensé par le fait que l’on peut embarquer bien plus largement l’ensemble de l’espace social. Je dis tout cela en quelques mots: c’est en général vrai (mais pas absolument toujours). C’est quelque chose qui est à construire au coup par coup. C’est plus complexe que de simplement suivre le flux du main stream économique et technologique. Mais c’est une voie assurément prometteuse.

En tout cas, j’apprécie quand des économistes prennent du recul par rapport à leur discipline, remettent en question des hypothèses et cherchent d’autres voies.

Et j’ajouterai une note personnelle : il y a quelque chose qui me réjouit dans le parcours et dans les choix scientifiques d’Esther Duflo. Je retrouve, en effet, chez elle, un activisme et un côté légèrement iconoclaste tout à fait typique du protestantisme français et des mouvements de scoutisme protestants auxquels elle a participé. Iconoclaste, mais ni utopique, ni purement théorique, c’est là aussi un trait tout à fait typique de ce milieu.

En tout cas il y a matière à considérer, individuellement et collectivement nos choix. Nous ne sommes pas dans un train fou qui a échappé à tout contrôle.

 

Illustration : Abhijit Banerjee et Esther Duflo lors d’une conférence de la Banque mondiale le 4 décembre 2019.

 

(1) Lire Crises de croissance et La 5G et les Amish

(2) Seuil, mars 2020. Édition originale: Good Economics for Hard Times: Better Answers to Our Biggest Problems, Allen Lane, novembre 2019.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire aussi sur notre site

open

Recevez la newsletter du Forum !  S'inscrire