Le protestantisme se dote d’un lieu de débat sur l’actualité

 

Une heure et demie de débat à chaud, sans conférence ni exposé préalable, et un verre pour continuer les discussions, tel est le format de Improvisations protestantes, la manifestation mensuelle que Le Forum de Regards protestants, la Faculté de théologie protestante et l’Atelier protestant s’apprêtent à lancer ce lundi 12 octobre à Paris.

A l’affiche de cette première rencontre, l’historien et sociologue Emmanuel Todd sur le thème « Vers une laïcité zombie ? ». Allusion à la thèse qu’il a développé avec le démographe Hervé Le Bras dans leur livre « Le mystère français » (éditions Le Seuil) et selon laquelle il existerait un « catholicisme zombie », qui, « offrant un type de société où l’individu est plus fortement intégré et soutenu », permettrait aux régions périphériques de l’Hexagone « déchristianisées » seulement depuis les années 1960 d’aller mieux économiquement et socialement que celles de l’axe central, du bassin parisien à la Méditerranée, qui l’ont été dès le XVIIIe siècle et la révolution de 1789. Zombie? « C’est une façon amusante de parler d’une croyance disparue, mais dont les habitudes sociales restent vivantes », a expliqué Emmanuel Todd, lors de la sortie de son livre. La première « Improvisation » dira ce qu’il en est de la laïcité à la française.

 

« Donner du temps au débat »

L’idée de ces Improvisations protestantes revient à trois intellectuels qui en ont discuté en mai dernier avant de faire appel au Forum de Regards protestants, à la Faculté de théologie protestante et à l’Atelier protestant pour leur organisation : le philosophe Olivier Abel, le théologien et bibliste Patrice Rolin et le journaliste Eric Aeschimann. Ce sont eux qui animeront ces rencontres. « L’idée, c’est de faire venir une personnalité, une tête d’affiche, qui se soit récemment illustrée par ses interventions ou ses prises de position sur des sujets de société et d’en débattre avec lui », explique Patrice Rolin. « Des intellectuels qui sont prêts à improviser pendant quelques minutes et non à réciter leur thèse », ajoute Olivier Abel. « Quand nous disons “sans conférence ni exposé”, cela veut dire que nous voulons vraiment donner du temps au débat durant ces rencontres. »

Ces débats auront lieu chaque mois un lundi à l’Institut de théologie protestante de Paris (ITP) de 19h à 20h30, l’idée étant d’en faire un rendez-vous de début de soirée auquel le plus grand nombre de personnes pourra se rendre. Le 9 novembre, les « Improvisations protestantes » recevront la philosophe Sandra Laugier qui répondra à la question « A quoi sert un intellectuel ?», puis, le 14 décembre, le chercheur Christophe Aguiton sur « Climat : le jour d’après ».

Au-delà de l’apport intellectuel, ces « Improvisations protestantes » pourraient donner, même si cela n’en est pas l’objectif premier, un peu plus de visibilité à un protestantisme français peu audible dans les médias. Comme la troisième convention annuelle du Forum de Regards protestants le samedi 7 novembre à l’IPT autour du thème « La fin du monde, et après ? ».

Article initialement publié sur le site Protestinter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.