La maison des fous… - Forum protestant

Il y a le travail dont on est fière (celui pour lequel est fait l’association) et celui qu’il faut faire «pour tenter, parfois en vain, de faire financer, à moindre coût, le travail que l’État ne fait pas»: réponses à des appels à projets, demandes de subventions, formulaires et questionnaires en ligne… «Petit florilège» d’échanges avec l’administration, par exemple quand «la case est bloquée».

Texte publié sur Blog pop.

 

Ceux de nos lecteurs qui sont des inconditionnels d’Astérix et Obélix ont sans doute lu Les 12 travaux d’Astérix et se souviennent forcément des pérégrinations de nos deux héros dans la maison des fous à la recherche du laisser passer A38 et du formulaire bleu…

C’est un peu ce que vivent au quotidien les responsables d’associations quand ils recherchent des financements et répondent à des appels à projets ou font des demandes de subventions. Il faut alors tenter de s’y retrouver entre le BOP 104, le BOP 147, le cerfa 12156*05, le portail dématérialisé Dauphin (pourquoi Dauphin, parce que l’on nage??), le dossier Cosa (Cosa signifiant la chose en italien, on voit tout de suite de quoi il retourne…), le dossier DILCRAH, FIPD et autres politique de la ville

En ce début d’année civile, de nombreuses associations se débattent dans les arcanes de l’administration française pour tenter, parfois en vain, de faire financer, à moindre coût, le travail que l’État ne fait pas. Je suis pour ma part très fière du travail accompli au quotidien dans notre Fraternité de Trappes. Très fière d’accueillir tous les jours des femmes, des hommes, des enfants en difficulté, à la recherche d’un peu de chaleur humaine, de dignité, de fraternité. Très fière de les accompagner, le mieux possible, dans leurs parcours de vie chaotique, leurs fragilités. Très fière quand des enfants du soutien scolaire obtiennent les félicitations du conseil de classe, très fière quand des femmes apprennent à lire, quand des hommes retrouvent du travail.

Très fière mais aussi très en colère certains jours… Quand je dois, par exemple, lire un mode d’emploi de 37 pages pour remplir un dossier qui en fait 25 et faire rentrer, comme je peux, Aïcha ou Cheik Tidiane dans une case qui ne reflète en rien ce qu’ils sont, ce dont ils ont besoin, ce pourquoi ils franchissent le pas de notre porte…

Très fière mais aussi très en colère quand on me demande un bilan pour les ateliers de français en plein mois de juillet (à rendre pour août), parce que je comprends très bien que l’objectif, c’est de financer le moins possible de structures et que certains salariés ou bénévoles associatifs ne verront pas ce mail (ils sont en vacances, quelle honte quand même, ils travaillent si peu le reste de l’année, ils pourraient s’abstenir, non ??) et ne seront donc pas financés…

 

Débloquer

Très fière mais aussi très en colère quand l’absurdité de la situation et l’incompétence de certains me font perdre un temps précieux… Petit florilège en dialogue (toute ressemblance avec des situations existantes ou ayant existé ne serait pas une coïncidence mais le reflet de la réalité et de l’expérience):

Moi: «Allo, bonjour, je souhaiterais parler à la personne qui s’occupe des dossiers de demandes de subventions…»

L’administration: «Oui, c’est bien moi, c’est à quel sujet?»

Moi: «Je viens de recevoir un courrier m’indiquant qu’il manque des éléments pour mon dossier de demande sur l’adoption, or nous n’avons présenté aucun dossier sur cette question de l’adoption…»

L’administration: «Vous êtes sûre?? Vous êtes de quelle association??»

Moi: «La Fraternité Mission Populaire.»

L’administration: «Vous êtes vraiment sûre?? Attendez, je vérifie… (Silence)… Ah oui, en effet, je me suis trompée de dossier, attendez, je reprends le bon dossier (Silence), voilà…»

Moi: «Oui, en fait je constate que dans le tableau du budget pré-rempli, vous avez noté un montant qui ne correspond pas à notre budget. Comme la case est bloquée, je ne peux pas changer ce montant…»

L’administration (me coupant la parole): «Comment ça, ce n’est pas le bon montant? Vous n’avez qu’à le changer!!!»

Moi: «Excusez-moi, mais je viens de vous expliquer que la case est bloquée et que je ne peux pas changer cette somme…»

L’administration: «Mais pourquoi vous avez bloqué la case??»

Moi: «Ce n’est pas moi qui ai bloqué cette case, cela vient de vos services…»

L’administration: «Mais comment voulez-vous que je débloque cette case??? (Silence) Je vais voir avec notre informaticien, prévenez-moi quand ça marche… Au fait, pourquoi vous n’avez pas saisi les chiffres après la virgule???»

Moi: «Vous voyez, en bas de l’écran, il y a une petite astérisque indiquant qu’il ne faut pas saisir les chiffres après la virgule…»

L’administration: (Silence) «…Ah oui, bon, d’accord… C’est tout ???»

 

Pourquoi ça ne marche pas…???

Moi: «Non, je suis désolée mais j’ai encore une question. Je viens de lire le mode d’emploi pour remplir le dossier… À la page 47 de ce mode d’emploi, il est indiqué qu’il ne faut pas envoyer le dossier directement à vos services mais passer par la case ‘Sollicitation’ qui envoie le projet au chef de projet de la ville. J’ai donc cliqué sur ce bouton ‘Sollicitation’ mais cela ne fonctionne pas…»

L’administration: «Pourquoi ça ne marche pas…???»

Moi: «Je ne sais pas, je vous pose justement la question…»

L’administration: «Comment voulez-vous que je le sache!»

Moi: (Silence)

L’administration: «…Bon, je vais essayer de régler le problème… Appelez-moi dès que vous constatez que ça fonctionne!»

Moi: «Je vous remercie. À très bientôt!!»

Je pourrais très honnêtement poursuivre ce dialogue encore quelques pages et si je sollicite mes collègues des autres fraternités, j’imagine que j’aurais de nouvelles perles à partager. Cela peut faire rire. Mais j’avoue que je ris de moins en moins quand ce temps passé – perdu – ne peut pas être consacré à autre chose… Par exemple:

Recruter et former de nouveaux bénévoles
Parler avec les enfants du soutien scolaire
Réaménager les locaux pour plus de convivialité
Accueillir les mamans autour d’un café
Imaginer de nouveaux projets et les mettre en œuvre
Animer un atelier parents/enfants
Etc.

Je conçois et comprends que l’État et les collectivités locales aient besoin de s’assurer que l’argent public n’est pas gaspillé… Mais il y a sans aucun doute d’autres moyens – plus efficaces et moins chronophages – de le vérifier.

Et même un moyen plus radical… Si toutes les associations de France cessaient maintenant, tout de suite, toutes leurs activités pour une durée indéterminée…

Ça fait peur, non???

 

Illustration : haut du dossier Cerfa 12156*03.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire aussi sur notre site

Recevez la newsletter du Forum !  S'inscrire