Accompagner les personnes âgées - Forum protestant

Accompagner les personnes âgées

«La mission principale de la psychologue en Ehpad est d’être en relation.» Dans cet entretien avec Jean Hassenforder, Agnès détaille ses multiples rôles entre les personnes âgées (celles qui acceptent «cette nouvelle situation sans difficulté comme une étape naturelle dans sa vie» et celles qui «ressentent difficilement cette perte de liberté»), les familles et les soignants.

Entretien publié sur Vivre & Espérer.

 

Quelle a été votre formation?

Je suis psychologue clinicienne. J’ai obtenu un diplôme de master 2 de psychologie clinique et psychopathologie à l’université de psychologie sociale à Varsovie. Après avoir obtenu l’équivalence de mon titre, j’ai pu exercer mon métier de psychologue en France.

Pourquoi vous êtes-vous orientée vers un travail dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes?

En cherchant du travail, j’ai trouvé une annonce pour un poste d’animatrice en Ehpad où la formation psychologique était requise. J’ai découvert le travail d’animatrice en Ehpad qui m’a permis également d’observer le fonctionnement psychique des personnes âgées. C’est là que j’ai été fascinée par la complexité et la richesse des comportements de l’être humain. Ma fonction en Ehpad ne s’exerçait pas seulement auprès des personnes âgées, mais aussi auprès des familles et du personnel soignant. Depuis 2011, j’occupe des postes de psychologue en Ehpad à temps partiel.

Quels problèmes principaux rencontrez-vous chez les personnes âgées?

Ce sont des problèmes liés à l’âge, avant tout la perte de l’autonomie. Vivre la dépendance est extrêmement difficile. C’est une situation déstabilisante surtout psychiquement. Il y a aussi l’angoisse de la mort. En Ehpad, il y a la question de l’adaptation à un nouveau lieu de vie.

Dans ce contexte, comment envisagez-vous la relation d’aide?

L’accompagnement passe avant tout par la parole. J’encourage les personnes à exprimer leurs ressentis et leurs émotions. En reconnaissant ces émotions, je les valide. Je permets aux personnes de se sentir comprises, de se sentir importantes. Il est également important d’être à l’écoute des récits de vie.

Quelles approches mettez-vous en œuvre?

Je suis psychologue clinicienne. Je ne m’inscris pas dans une approche psychanalytique. Celle-ci, par ailleurs, ne me semble pas adaptée aux personnes âgées. Dans l’accompagnement lors des entretiens psychologiques, j’apporte du soutien psychologique à travers l’écoute empathique. J’utilise également des méthodes psychocorporelles comme la promenade thérapeutique ou le toucher corporel.

Comment abordez-vous les problèmes de la dépendance?

Beaucoup de gens viennent en Ehpad parce qu’ils sont dans une situation de perte d’autonomie qui entraine la dépendance. Avant d’aborder le problème de la dépendance, je cherche à voir comment la personne ressent cette nouvelle situation. J’observe deux figures: dans le premier cas, la personne accepte cette nouvelle situation sans difficulté comme une étape naturelle dans sa vie. Pour d’autres, elles ressentent difficilement cette perte de liberté comme une perte de liberté générant de l’anxiété.

Comment envisagez-vous l’environnement relationnel?

La perte d’autonomie limite et réduit les capacités des personnes âgées à entrer en relation. Elles viennent donc en Ehpad qui se donne pour but de favoriser la vie sociale. L’animation propose des activités manuelles, artistiques, musicales… On envisage aussi des relations plus personnalisées. Le rôle de la psychologie est d’évaluer les souhaits de la personne.

Dans l’accompagnement des personnes âgées, sur quelles ressources intérieures peut-on s’appuyer?

Pour pouvoir prendre soin des autres, je dois prendre soin de moi. Au moment où j’ai entrepris des études de psychologie, j’ai pris conscience de l’apport de mes parents qui m’ont offert une enfance heureuse. J’ai trouvé là une garantie de mon équilibre émotionnel. Les personnes âgées gardent une mémoire personnelle plus ou moins claire de leurs expériences passées. Dans le dialogue avec elles, j’essaie de mettre en valeur ce qu’il y a eu de fructueux dans ces expériences et de susciter ainsi un regard plus positif les aidant à se resituer. Ce regard positif aide à surmonter les découragements et il est porteur de force.

Comment abordez-vous les problèmes de sens avec les personnes âgées?

Le problème du sens entre dans les conversations. Il y a des personnes qui sont très à l’aise avec cette question. Pour d’autres, il faut les aider à exprimer leurs émotions, leur ressentis. Il y a les personnes qui ne désirent pas aborder ce problème.

La plupart des personnes âgées que j’ai rencontrées dans ma vie professionnelle étaient plutôt à l’aise avec la question de la mort. Ce n’est pas un sujet tabou. Il y a des gens qui me disent: «Je ne crains pas la mort». Cette affirmation est liée à leur cheminement passé, souvent religieux. Cependant, dans ce domaine, on observe également des réactions d’angoisse. Si la personne est disposée au dialogue, celui-ci peut être source d’apaisement.

La pratique des soins palliatifs se développe aujourd’hui en France, l’objectif des soins palliatifs est de soulager les douleurs physiques et autres symptômes, mais aussi de prendre en compte la souffrance psychique, sociale et spirituelle. L’accompagnement dans les soins palliatifs est toujours un travail d’équipe, interdisciplinaire. Il concerne non seulement une personne, mais son entourage. De même, il y a un besoin d’accompagnement des équipes soignantes. Dans mon expérience, je vais vers les soignants pour être à leur écoute. Il y a également tout un travail de formation à réaliser. L’accompagnement se réalise au niveau du langage, mais aussi dans la présence. Une personne m’a dit: «Quand je serai proche de la mort, je ne veux pas être seule, mais je désire avoir auprès de moi quelqu’un qui me tienne la main».

Quelles perspectives d’amélioration pour la prise en charge des personnes âgées au cours des prochaines années?

En tant que psychologue, je vise avant tout au développement des méthodes non médicamenteuses. En ce qui me concerne, j’ai commencé à me former à l’hypnose et j’ai un projet dans le domaine de la médiation animale. Si il y a possibilité, je fais appel à différents intervenants comme un art-thérapeute ou un musicothérapeute. Il est scientifiquement prouvé que certaines méthodes non médicamenteuses permettent d’augmenter rapidement la qualité de vie et de limiter ainsi les prescriptions médicamenteuses. En France, depuis une dizaine d’années, il y a une tendance à développer et à mettre en place les PASA (pôles d’activités et de soins adaptés) qui permettent d’accueillir, dans la journée les résidents de l’Ehpad ayant des troubles du comportement modérés, dans le but de leur proposer des activités sociales et thérapeutiques, individuelles ou collectives, afin de maintenir ou de réhabiliter leurs capacités.

Comment envisagez-vous la mise en œuvre d’une communication internet?

La mission principale de la psychologue en Ehpad est d’être en relation: en relation avec les résidents, les familles, le personnel soignant et les intervenants extérieurs. Dans certaines situations, internet est très utile pour mettre en relation diverses personnes, entre les résidents et les familles, par exemple. On a bien eu conscience de l’utilité de cet outil pendant la pandémie puisque les résidents ne pouvaient plus accéder à leurs enfants. Pour rassurer les familles, les communications Skype étaient très pertinentes. Par exemple, une résidente attachée à son petit-fils habitant en Australie a pu le joindre avec mon aide. Cette communication s’est passée quelques jours avant Noël. Un beau cadeau de Noël, un moment de bonheur. Avec mon aide, les résidents qui ont des troubles cognitifs évolués peuvent entrer en contact positivement avec des proches. À travers la communication internet, une relation profonde peut s’établir. J’ai pu assister à un moment de prière entre une résidente et sa fille habitant dans une ville lointaine.

Quelles satisfactions éprouvez-vous dans votre profession?

Mon métier m’offre la possibilité de rencontrer beaucoup de gens. La relation humaine me passionne et je trouve dans ma profession cette opportunité d’être constamment en relation. C’est mon quotidien professionnel. Du matin jusqu’au soir, je vais vers des personnes qui m’attendent, avec qui nous avions prévu un rendez-vous. Mais, par ailleurs, je suis constamment en situation d’avoir des relations spontanées. Dans la relation humaine, il n’y a pas de routine. Parfois, le contact s’établit à travers une communication non verbale. La personne cherche à communiquer à travers son regard, des gestes. Ce désir de communiquer est gratifiant pour l’interlocutrice que je suis. J’éprouve, au quotidien, une satisfaction qui me porte et m’encourage.

 

Illustration: porte de lumière servant aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer dans un Ehpad près de Valenciennes (photo Lamiot, CC BY-SA 3.0).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire aussi sur notre site

open

Recevez la newsletter du Forum !  S'inscrire